La poésie pour les enfants

  • Chamalla

    ,

    • Motus
    • 6 Novembre 2020

    « Ne dites pas à Chamalla qu'elle est une princesse. Elle déteste les princesses. Elle déteste les fées, les princes charmants et les histoires qui finissent bien. Ce qu'elle aime, Chamalla, ce sont les histoires d'OGRESSES » Chamalla n'a peur de rien, de rien ni de personne, même pas de la grande dame en noir qui habite « la maison-qui-fait- peur »... Jusqu'au jour où les histoires de papa deviennent réalité...
    A travers ce conte onirique, la petite fille est confrontée à la mince frontière entre les rêves et la réalité. Elle suit le chat noir qui la guide sur le chemin de l'exploration, franchit les limites et les interdictions pour s'aventurer dans une forêt.
    Une expérience fascinante dont elle sortira grandie.
    Alessia Bravo a mis plusieurs années à réaliser les illustrations de ce magnifique conte, tant elle s'est totalement impliquée, avec une inventivité et une exigence inouïes.
    Il fallait ce travail de précision et d'exception pour être en parfaite adéquation avec la belle et forte histoire imaginée par Claude Burneau. Le résultat est sublime !

  • Qui suis-je ?

    Tony Durand

    • Motus
    • 20 Février 2021

    « Qui suis-je ? Comment le savoir ? Est-ce que je pourrais être quelqu'un d'autre ? Et toi, qui es-tu ? ». Tous les enfants se posent et posent ces questions.
    A travers chaque interrogation, chaque pensée, nous découvrons un personnage, qui comme tous les enfants, est en réflexion sur son être et sur son identité.
    Tony Durand nous emmène dans ce cheminement simple et profond à la fois, grâce à ses illustrations pleines d'humour et d'intelligence. A chaque page, l'occasion est offerte d'explorer un questionnement, par le biais des mots et d'images qui se font échos.

  • "Mimouche, Miosotys, Nestor, Oulala ou Ouistiti, souvent les chiens ont de drôles de noms." Du chihuahua au chow-chow, du cursinu au barbichon, du setter irlandais au chien-loup tchèque, François David et Henri Galeron rendent un hommage adorable à nos fidèles compagnons et à toutes leurs facéties. Ils nous offrent un livre rempli d'humour, d'invention et d'une immense tendresse envers nos amis à quatre pattes. NOM D'UN CHIEN est leur huitième ouvrage commun. Ils y manifestent une magnifique liberté créatrice. Un recueil de poèmes si drôles et si touchants, somptueusement illustré.

  • Dans ce livre à la fois tendre et plein d'esprit, les auteurs mettent très joliment à la portée des enfants ce qu'on nomme l'oxymore : la réunion inattendue de deux notions habituellement opposées. Le jeune lecteur est invité à se souvenir -et sourire - de sensations ou d'impressions en principe impossibles à associer et pourtant justes comme « l'inconfortable bonheur d'avoir des chaussures neuves », « l'absence omniprésente d'un ami qui nous manque », « la fin infinie d'un livre qu'on peut relire » ou... « la piquante douceur » évoquée dans le titre. La belle complicité entre l'auteure et l'illustratrice forment des pages très attachantes.

  • Un poème de Prévert plein de couleurs et de voyages, pour sortir très gai de l'école et faire revenir plus vite le printemps.

  • «La poésie : faire exister ce qui n'existe pas. Poussez la porte des mots et vous entendrez sonner les cloches du réel, du possible, de l'impossible qui n'est pas français comme chacun sait.» Guy Goffette.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Où peut aller le Petit Poucet sur le dos d'une autruche ? Pourquoi les antilopes sont-elles tristes, et le dromadaire mécontent ? L'éléphant de mer, lui, peut s'asseoir sur le ventre quand ça lui plaît. Les girafes sont muettes, mais elles ont une chanson dans leur tête.
    Voici un cheval qui vit tout seul dans une île et un jeune lion dans une cage. Quant aux ânes, ils seront toujours des ânes...
    Huit contes de Prévert, pas sages du tout.

  • Venez vous perdre dans le Monde sonore des Poèmes à fleur de terre.
    Un voyage abyssal au centre des mots.
    Des mots qui roulent, se déversent, s'entremêlent, bourdonnent, et se dispersent... aux quatre coins de l'univers entre connaissances et mystères...

  • Parce que la poésie est le plus beau moyen d'être au monde, voici une première invitation à la curiosité culturelle, au-delà des frontières et des barrières, en même temps qu'une initiation à l'oreille poétique. Les jeunes enfants vont aimer découvrir d'autres manières de parler de la mer qui boit le soleil, des mots bleus du vent ou du phoque que le chasseur inuit épargne parce que l'animal jouit du soleil tout comme lui. Une perception sensible du monde à laquelle nous convient les poèmes et les images.
    Le voyage est en effet total, du Maroc à la Chine, de la Turquie à Cuba pour les mots, et pour les images, la tour de Babel des illustrateurs sollicités par l'éditeur aux quatre coins du monde.
    Un beau cadeau comme un premier pas en poésie... et sur la planète multiculturelle.

  • Les mots perdus

    ,

    • Arenes
    • 30 Septembre 2020

    Il y a très longtemps, certains mots commencèrent à disparaître du langage des enfants.
    Si discrètement qu'au début personne ne s'en aperçut.
    Et puis un jour, ils n'étaient plus là, le dictionnaire n'en avait gardé aucune trace.
    Pour retrouver ce qui manque, il existe des formules magiques : les mots perdus peuvent revenir.

  • Vingt contes se cachent derrière les lignes de ces haïkus magnifiquement illustrés par Cécile Hudrisier. Vingt contes à deviner et à suivre, comme autant de petits cailloux semés au fil des pages. Un livre de poésie ludique pour petits et grands amateurs d'histoires.

  • Si on ne peut pas dormir, on peut, on doit essayer les recettes de la grand-mère pas très sage. Et si ça ne marche pas... Françoise Coulmin nous livre de brillantes recettes pour mélanger les magies de nos enfances. Elle s'amuse en nous emportant dans un univers où les mots s'entremêlent avec espièglerie. Pour fermer l'oeil et ouvrir les rêves, ce voyage est magnifiquement illustré par les collages aussi beaux que surprenants de Séverine Perrier.

  • Après Le rap des rats, après Mes poules parlent et Mon Kdi* n'est pas un Kdo, voici à nouveau réunis Michel Besnier et Henri Galeron pour une collaboration aussi pittoresque que savoureuse. Au menu : poésie et dérision à toutes les sauces et succulents secrets de fourneaux. Michel Besnier s'amuse beaucoup en revisitant avec espièglerie les recettes de cuisine et en se moquant du ton impératif des grands « chets » de la gastronomie que l'on voit à la télévision. Et quel plaisir de découvrir sa grande et fine complicité avec Henri Galeron dont les images sont aussi belles que surprenantes et si riches d'humour. Besnier-Galeron, c'est de la cuisine 5 étoiles !

  • Ce n'est pas toujours rose d'être les poules d'un powète, il écrit sur nous des sornettes... mais oublie de changer l'eau ou jette le grain sans nous voir.
    Il nous met en mots, il nous met au four et prétend nous aimer.

  • Le livre les moutons de la mer chante, dans une langue simple et pleine de fantaisie, les vacances d'été.
    Dans ce temps de liberté de l'enfance, dans ce rapport privilégié à la nature, tout est prétexte au jeu, à l'étonnement, à l'imaginaire. La moindre rencontre fortuite devient événement et début d'une nouvelle histoire : les animaux, les objets, les éléments se mettent à parler ; on écoute le silence, on joue à accrocher un bateau au ciel, on espère la venue d'un lézard, dont l'absence doit bien trouver une explication quelque part... Avec des yeux d'enfant, l'auteur s'amuse à superposer des univers, à les croiser, nous donnant par la métaphore la possibilité de goûter à l'inventivité de l'enfance avec poésie et tendresse.
    La douceur des jours est palpable dans les images. C'est tout l'été que Catherine Louis a réinventé de sa main enjouée, alerte et sûre.

  • Une nouvelle édition de Mes premiers poètes, illustrée par Charlotte Gastaut. Mes premiers poètes, un indispensable proposant une large sélection de la poésie française, de nos jours au Moyen Âge.

    Mes premiers poètes se compose d'une riche sélection d'oeuvres poétiques françaises, classiques ou méconnues. Cet ensemble, classé chronologiquement du xx e siècle au Moyen Âge, propose un panorama des plus grands noms de la poésie et constitue la parfaite première anthologie pour les adolescents. Sont présents des auteurs faisant partie de notre patrimoine culturel collectif (Prévert, Rimbaud...), mais aussi les grands courants incontournables (classicisme, romantisme...).

    L'originalité de ce recueil prend ici deux formes : la première dans le choix des oeuvres, parmi lesquelles des textes parfois peu connus des lecteurs, ainsi que des chansons ; la seconde dans une chronologie permettant d'aller des poésies les plus simples aux plus ardues. Un indispensable !

    Ajouter au panier
    En stock
  • « ... et bouche cousue » ! Combien de fois avons-nous entendu l'expression lancée, d'un air enjoué, lorsqu'une personne mentionne le nom de notre maison d'édition ! Non sans raison, puisque dès le départ, nous avions souhaité marquer ainsi notre prédilection pour la brièveté. Et notre choix du texte court.

    Nous avons ainsi eu l'envie de le souligner plus encore. Avec un recueil de poèmes, somptueusement illustré, indiquant l'espérance qu'en disant moins, on suggère davantage. La densité des mots dans leur précarité. La résonance dans les espaces. La beauté du silence. Toute l'intensité d'un regard. Et l'émotion d'un secret partagé.

    Ainsi est né ce livre qu'on peut lire doublement :
    Livre sur le murmure et les mots retenus.
    /> Et livre sur tous les autres livres de Møtus.

    Mais chut !
    Bouche cousue !
    Ne pas en dire plus.
    Surtout pas !

  • « Lili-Rose le sait : les chinchillas dorment énormément. La nuit un peu, le jour beaucoup. Achille ne fait pas exception. C'est un parfait chinchilla. Lili-Rose l'adore, même quand il dort. » Lili-Rose comprend peu à peu qu'Achille, son chinchilla blanc, ne se réveillera pas. Elle part alors en quête d'un autre animal, « un qui ne meurt pas ». Grâce à cette recherche, aidée par un marchand plein de malice, elle va progressivement accepter la perte de son petit compagnon, et, tout en lui restant fidèle, elle finira par adopter Doris, un nouveau chinchilla d'un beau gris-violet... Joëlle Ecormier et Brunella Baldi abordent avec délicatesse le thème du deuil. Par petites touches pleines d'humour et de tendresse, l'auteure accompagne le lecteur dans les différentes étapes pour surmonter le chagrin et retrouver l'espérance tandis que les couleurs lumineuses et le crayonné tout en rondeur de Brunella Baldi renforcent la douceur de cet album.

  • Stasys Eidrigevicius est un extraordinaire artiste lituanien, mondialement reconnu et admiré. Depuis tant d'années, les éditions Møtus rêvaient de publier un livre illustré par ses soins. Ce rêve s'est enfin réalisé, avec Le garçon au coeur plein d'amour, étonnante et émouvante histoire, écrite par François David dans l'esprit de son univers si personnel. Dans ses compositions, Stasys Eidrigevicius représente principalement des visages, d'une singulière intensité. Tristan, le personnage principal du livre, prend ainsi, par affection, par immense amour pour tout ce qui l'entoure, le visage de ceux qu'il rencontre. Et si ce sont des animaux, voire des objets, il adopte pareillement leur "figure". Jusqu'à ce que Tristan croise un visage auquel il n'avait jamais pensé.

  • Une fausse encyclopédie à la fantaisie débordante, pour voir le monde autrement !

    Sais-tu que tu as sur la tête autant de cheveux qu'il y a de chevaux en Bulgarie, galopant à bride abattue ? Qu'il y a plus d'étoiles dans le ciel que de grains de sable sur toutes les plages et les déserts du monde ? Mieux encore : qu'il y a un petit peu d'or dans tout être humain ? Vraiment de l'or ! Dommage que souvent l'homme ignore à quel point il est précieux...
    En seize anecdotes et questions décalées sur les hommes, le monde et soi-même, François David et Anne-Hélène Dubray proposent un pas de côté aussi inventif que poétique aux enfants, pour découvrir le monde autrement, avec humour, et une grande humanité.

  • Vian aimait provoquer ! Pour le centenaire de sa naissance, voici qu'il provoque les poètes et se moque donc de lui-même... tout en nous donnant une grande leçon d'imagination. Boris Vian demande aux poètes d'arrêter d'écrire sur leurs petits malheurs et les invite à fabriquer en vrai un monde enfin merveilleux !
    Ce texte fantasque nous embarque dans un univers où les poètes feraient le bonheur autour d'eux en inventant des mirliflûtes, des plumuches, des rara curules... Autant d'animaux loufoques tout droit sortis de l'imagination débordante d'un Boris Vian empreint de l'esprit d'enfance, impertinent et joueur.
    Les enfants auront, à coup sûr, envie d'inventer à leur tour des scènes drolatiques, à l'image des illustrations que nous sert un Serge Bloch très inspiré.

  • Pour lui, tout se répond, les parfums, les couleurs, les sons. Entre "Spleen et idéal", la ville devient le théâtre d'un fantastique moderne. D'une poignante beauté, la poésie de Baudelaire ne cesse d'éclairer notre réel.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Chaque poème a un secret de fabrication. Au lecteur de le découvrir ! Certains se repèrent facilement, d'autres se cachent. Comment devenir poète en jouant avec les mots.

    Ajouter au panier
    En stock
empty