Claude Burneau

  • Rouge Nina

    Claude Burneau

    Elle est née dans la boue du chantier du Transsibérien. Elle a grandi avec la révolte de son peuple. Elle partage les espoirs et les désillusions des combattants de la liberté, sous la protection d'un oiseau de métal rouge.
    Dans ce roman à l'écriture ciselée, Claude Burneau réhabilite l'esprit de révolte, avec ses certitudes et ses doutes, dans la confrontation de l'individu au pouvoir politique, mais aussi dans une autre confrontation, plus intime : celle du corps à la tyrannie des sentiments.
    Un roman qui invente, dans la plaine russe et les usines de Petrograd, une nouvelle nuance de rouge : le rouge Nina.

  • Chamalla

    ,

    • Motus
    • 6 Novembre 2020

    « Ne dites pas à Chamalla qu'elle est une princesse. Elle déteste les princesses. Elle déteste les fées, les princes charmants et les histoires qui finissent bien. Ce qu'elle aime, Chamalla, ce sont les histoires d'OGRESSES » Chamalla n'a peur de rien, de rien ni de personne, même pas de la grande dame en noir qui habite « la maison-qui-fait- peur »... Jusqu'au jour où les histoires de papa deviennent réalité...
    A travers ce conte onirique, la petite fille est confrontée à la mince frontière entre les rêves et la réalité. Elle suit le chat noir qui la guide sur le chemin de l'exploration, franchit les limites et les interdictions pour s'aventurer dans une forêt.
    Une expérience fascinante dont elle sortira grandie.
    Alessia Bravo a mis plusieurs années à réaliser les illustrations de ce magnifique conte, tant elle s'est totalement impliquée, avec une inventivité et une exigence inouïes.
    Il fallait ce travail de précision et d'exception pour être en parfaite adéquation avec la belle et forte histoire imaginée par Claude Burneau. Le résultat est sublime !

  • Imagine un palais. Pas n'importe quel palais. Le plus beau des palais. Des couloirs interminables. Des pièces immenses. Le sol de marbre, les murs couverts de mosaïques multicolores, les plafonds de stuc aussi légers qu'une dentelle. Des meubles recouverts d'or, d'ivoire et de marqueterie fine. Imagine. Parce que dans ce palais jamais tu n'entreras. Tu l'apercevras d'en bas, quand tu seras dans la ville et que tu lèveras la tête. Le sultan l'a fait construire sur le sommet de la colline. Pour pouvoir surveiller son peuple. Pour montrer à tous qu'il est le plus grand. Des gardes t'interdiront l'entrée, si tu n'as pas le sésame que seuls les puissants possèdent.

empty