Sarbacane

  • Toutes parfaitement alignées. Toutes les plus belles qui soient. Du monde entier, on vient les admirer. Pourtant, Rosie, la fille d'Horace, ne comprend pas pourquoi son père arrache avec tant d'obstination les mauvaises herbes. Elle décide de les cultiver, à sa façon... dans sa chambre d'abord, puis dans un recoin du parc.
    Ce sera son Paradis des mauvaises herbes.


    Mais un jour, Rosie découvre une rose parmi ses herbes folles.
    Quoi !
    Son père aurait planté ses affreuses roses dans son Paradis ?

    Et le lendemain, c'est pire : tout une forêt de roses sauvages et échevelées a poussé là. Quel est donc ce mystère ?

  • Arrivé de nuit dans une forêt inconnue, un garçon est réveillé par les aboiements insistants d'un chien. Intrigué, il le suit. C'est le début de découvertes en cascade... et d'une grande aventure qui va changer le cours de sa vie !

  • Marre des idées reçues du genre "Les garçons, ça fait pas de la danse et les filles, c'est pas bricoleur" ? Ras le bol des interdits qui enferment dès le plus jeune âge ? Ouvrez les rabats de ce livre avec votre enfant : de sacrées surprises vous y attendent... Pour tous, dès trois ans !

  • Cache-toi, Arsène !

    Ronan Badel

    Arsène est un rat que Jean le pianiste a recueilli chez lui, bien qu'en général les gens n'aiment pas les rats. Heureux ensemble, ils apprennent le piano à quatre mains. Voulant participer à un concours d'élégance pour maître et animal de compagnie et pour avoir une chance de gagner, Arsène se déguise en caniche. Mais lorsque Jean lui ôte son masque, le scandale éclate.

  • La naissance expliquée aux petits, à travers l'histoire d'une Petite Pousse.

  • Belle maison

    Anaïs Brunet

    L'e´te´ est la`. La narratrice, somnolante, est soudain re´veille´e par le bruit d'une cle´ fourrageant dans sa serrure : ses chers enfants sont revenus ! Comme on le de´couvre aussito^t, cet e^tre sensible, impatient des jeux qui s'annoncent, est une maison de famille au charme suranne´, e´difie´e au bord de la mer. Doue´e de raison et de la force d'aimer, elle vibre et s'e´merveille - sans toutefois pouvoir dialoguer pour de bon avec les enfants.

    Telle une grand-me`re bienveillante, elle les suit (et nous avec elle) tandis qu'ils courent de pie`ce en pie`ce, e´claboussant de vie et de lumie`re les objets endormis, elle s'attendrit lorsqu'ils retrouvent leurs jeux et leurs livres de l'anne´e passe´e, s'attriste lorsqu'ils s'appre^tent de´ja` a` filer a` la plage.

    Immobilise´e de force par ses fondations, la vieille demeure ne peut qu'imaginer la suite : mais elle de´crypte les signaux de la Tour carre´e sa voisine qui, depuis l'i^lot d'en face, les suit a` son tour avec curiosite´. Et au retour de la plage, a` l'heure du coucher, Belle Maison pourra de nouveau entourer ses enfants che´ris de son amour protecteur... et e´ternel !

  • Ce jeune rat vif et sympathique est l'un des trente assistants du fameux peintre de ce´le´brite´s, Franz Aspergus. C'est lui qui est charge´ de pre´parer les noirs, si pauvre qu'il dort dans l'atelier, sous l'e´tabli. Mais voila` que le vieux mai^tre perd le gou^t de peindre. Il aimerait tant retrouver la frai^cheur de l'enfance ! Une nuit, le petit broyeur de noirs lui propose d'essayer de peindre de la main droite, lui qui est gaucher... Re´ve´lation ! Puis avec un balai - ou en fermant les yeux ! Aspergus s'amuse comme un fou, enfin, comme un enfant. Et peu a` peu, aide´ par le malicieux assistant, il invente l'Art moderne...

  • Le fauteuil

    Arnaud Boutin

    Qui occupera le nouveau fauteuil installé au salon ?

    Dans cet appartement très chic, les trois chiens et le chat ont depuis longtemps convenu de la place de chacun. Mais un beau matin, voilà qu'un nouveau fauteuil trône au salon. Branle-bas de combat !
    Qui va s'approprier cette nouvelle place ? La course est lancée et ce sera chacun pour soi ! Enfin presque : l'un des 4 zozos tente depuis le début de concilier les désirs de chacun... Et ce sera lui, le gentil de l'histoire, qui sera le mieux servi à la fin ! Comme dans les meilleurs westerns : And the good guy wins...
    Dialogues savoureux entre les occupants des lieux, humour de situation à la Woody Allen, compétition et jalousie + clin d'oeil final : un régal pour les yeux, les neurones et les zygomatiques !

  • Georgette a perdu son doudou... mais la vie continue !

    Georgette se promène dans les bois. Ça sent bon la terre, la pluie, les champignons. Elle installe son doudou sur un lit de feuilles. Elle admire les belles couleurs de la forêt... Mais le soir, au coucher, il lui manque soudain quelque chose : elle a oublié son doudou ! Là-bas, tout seul sous le grand noir du ciel ! Et le lendemain, de retour sur les lieux, impossible de le retrouver. Courageuse et volontaire, Georgette s'entête. Elle cherche l'odeur perdue du dodo, dans ce grand dehors. Et elle réussit : elle ramènera chez elle un petit loup gris, un vrai, bien vivant, mariant la douceur du dedans... à l'odeur du dehors.

  • Apre`s les questionnements d'une fillette (C'est quoi l'amour??) ou ceux d'un jeune colle´gien fe´ru de probabilite´s (L'Amour?? c'est mathe´matique?!), puis les Tendres be^tises a` faire quand on est amoureux co^te´ fille comme co^te´ garc¸on, voici un point de vue tre`s radical : rejet absolu, de´gou^t total?!

    C'est en effet l'histoire d'un petit garc¸on qui voit d'un oeil e´coeure´ de´filer des arche´types de couples amoureux lors d'une promenade au parc... Amoureux, moi?? Se dit-il a` leur vue. Pfff?! Jamais?! Beurk?! Jusqu'a` ce qu'une petite copine de´barque...

  • Dans la vie, a` tout a^ge, on attend quelque chose : le bisou avant de dormir, Noe¨l, la fin de la pluie, puis l'amour, un be´be´, les vacances, ou parfois, aussi, la fin de la guerre, la fin des souffrances de l'e^tre aime´ - et le retour du printemps. Et encore, au bout du chemin, la visite de ses enfants devenus adultes et l'annonce d'un heureux e´ve´nement a` venir dans la famille. Tout cela, au fil de la vie, de l'amour et de l'espe´rance, jamais taris.

  • Poussin

    ,

    C'est l'histoire d'un apprenti écrivain. Ses espoirs, les refus essuyés. Et sa réaction, un jour de grand découragement : pour se venger, il envoie un projet aussi nul que possible, avec un héros idiot, à qui il donne un nom idiot : Poussin. Le tout agrémenté d'un dessin mochissime. Ah la bonne blague ! Mais voilà que Poussin est retenu. Il devient même un best-seller mondial, donnant naissance à des dizaines de titres, films et séries - et notre écrivain ne peut plus s'en débarrasser !
    Un jour, une rencontre avec ses lecteurs l'amène à réfléchir. Poussin fait rire les enfants, il les touche, les accompagne, les aide à grandir ; l'écrivain devenu vieux s'étonne : il y a tout ça dans Poussin?

  • Bien pratique d'avoir une maman-robot : toujours disponible, c'est elle qui fait tout à la maison. Elle nettoie, elle range, elle remplit le frigo, elle cuisine... Mais attention, elle fait aussi maman-taxi, maman-infirmière - et dispose même d'un programme « service de nuit » pour les petits accidents, type pipi au lit.
    Mais le programme que ses enfants préfèrent, c'est maman-câlin. Or, depuis quelque temps, cette maman-robot semble déréglée : elle fait de grands discours devant sa glace, elle dit qu'elle veut avoir du temps pour elle et un beau jour, elle se met carrément en grève !
    Pour le papa et les deux enfants de l'histoire, c'est le début d'une expérience très très très enrichissante...

  • Les jockeys s'élancent pour la grande course. Tous n'ont pas une monture ou une position réglementaire mais la course est acharnée.

  • Deux soeurs jouent aux exploratrices au fond du jardin, se racontant qu'elles sont des enfants sauvages. Tandis qu'elles enle`vent leurs chaussures pour marcher pieds nus sur l'herbe mouille´e, un monde de sensations s'ouvre a` elles : fleurs, couleurs, odeurs. L'instant pre´sent devient de´mesure´, emplit tout. La faim les rappelle un temps a` la re´alite´ mais bien vite, la petite, a` l'imagination fertile, plonge seule sans plus de retenue « au fond des bois »... Soudain, la peur la saisit : elle s'est perdue !

  • C'est la rentrée des classes. Il y a tant de choses à regarder sur le trajet pour aller à l'école. Malgré tout, l'écolière est inquiète en voyant la grille. Heureusement, la main de maman est là pour la rassurer.

  • Les mûres Nouv.

    Enchantement du jeu et de la cueillette, un dernier soir à la montagne...

    On retrouve Michao, Marguerite et le renardeau-narrateur du Bateau de fortune. Après le premier jour de l'été, voici donc le dernier jour des vacances, à la montagne cette fois, celui où on range et ferme la maison, où l'on entasse les bagages dans le coffre qui ne ferme pas, celui où l'on ressent déjà la nostalgie du retour.

    Mais les enfants sont dans le présent : Marguerite et le renardeau jouent avec insouciance, profitant des derniers instants - et partent avec Michao cueillir un plein bol de mûres. C'est tout de suite une aventure, irriguée de sensations. Et à l'heure du départ, tandis qu'une cloche résonne au loin, ces mûres emportées auront la douce saveur des souvenirs de vacances.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le Feu sacré, celui qui éclaire et protège la Cité, s'est éteint. Faute de guerriers disponibles parmi les adultes, qui doivent rester pour défendre les familles désormais vulnérables, Jojoba, la doyenne, charge trois enfants d'aller chercher le Feu nouveau sur les pentes du volcan Matilio. Mais il faudra auparavant défaire les Doungons, ces terrifiantes créatures des bois que les habitants de la Cité craignent depuis toujours !
    , Bérénice la rebelle, Octave le vantard et le minuscule Pépin, dont les talents cachés se révéleront précieux, se mettent en route...

  • Que celui qui aime les histoires simples et line´aires passe son chemin ! Comme son titre l'indique, cet album se refuse a` tout re´sume´, toute ligne droite, tout cadre pre´cis. A` peine le narrateur commence-t-il son re´cit qu'il se reprend par un non ! graphique et tonitruant (qui fera bien rire les enfants, lesquels vont vite se prendre au jeu) et prend une nouvelle direction - te´moignant au passage des infinies possibilite´s d'une histoire. Tout y passe : les personnages, les situations, les rebondissements...

    Avec Bruno Gibert, c'est la dro^lerie perpe´tuelle et l'imagination au pouvoir ! Ce qui ne l'empe^che pas de retomber parfaitement sur ses pieds a` la fin. Si. Non ?

  • Une petite fille e´crit a` celui ou celle qui lui a donne´ son coeur - au sens propre. Gra^ce a` lui, elle peut aujourd'hui a` nouveau courir, nager, danser, faire du ve´lo, mais aussi e^tre amoureuse, re^ver, espe´rer : vivre, tout simplement. Elle imagine son donneur, se raconte que c'est un garc¸on, me^me si elle n'en sait rien, puisque le don est anonyme. Elle ressent sa pre´sence autour d'elle, et pas seulement dans sa poitrine, lui parle de son bonheur d'e^tre en vie. Elle le lui fait partager : car elle en est certaine, ce bonheur, il le ressent lui aussi. Et cette vie nouvelle de la fillette prolonge la vie de son donneur, ainsi pas tout a` fait finie. Une lettre pour dire merci, belle et sans pathos, a` hauteur d'enfant, et qui touche au coeur, force´ment.

  • Petit Inuit et les deux questions Nouv.

    Voyage décoiffant au pays des élans - et des grandes questions !

    Qu'y a-t-il de l'autre côté du grand lac glacé ? Et vais-je devenir un grand chasseur ? Petit Inuit n'a pas envie d'attendre d'avoir grandi pour le savoir. Il interroge le lièvre, qui entend tout avec ses grandes oreilles. Puis la chouette, qui voit loin avec ses grands yeux. Puis le renard, qui a l'odorat si fin, puis encore le morse, la baleine... Mais aucun n'a la réponse à ses questions. Il décide alors, malgré l'interdit, de se rendre sur le grand lac glacé, pour y rencontrer le grand élan blanc...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Qui va gagner le prix du dragon le plus extraordinaire ? Les adultes venus du monde entier ou... les enfants et leur maîtresse ? A Draguignan, c'est l'année du dragon. Un appel est lancé aux inventeurs du monde entier, le plus beau dragon présenté deviendra l'emblème de la ville. Les enfants de l'école se piquent aussitôt d'imaginer et de fabriquer un animal extraordinaire. Mais le concours est réservé aux adultes...
    Qu'à cela ne tienne, le jour du défilé, une belle surprise attend tout le monde : petits et grands !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Un fabliau aussi cruel que le sont souvent les enfants... mais pour mieux en rire !

    Madame Lacrotte est la plus serviable, la plus aimable, la plus généreuse des grenouilles. Avec ses yeux brillants et sa belle peau bleue comme l'eau claire, elle a tout pour plaire. Et pourtant... Et pourtant, elle souffre d'une terrible solitude. Qui en effet voudrait unir son destin à un être affublé d'un nom pareil ? Imaginer qu'on grave au couteau sur un arbre : Paul aime Lacrotte ? Personne au village ne lui épargne les pires jeux de mots et quolibets... Que vous sentez bon, Lacrotte ! Au revoir, Lacrotte ou bien : n'oubliez pas de tirer la chasse ! La pauvre ! C'est trop injuste ! Jusqu'à ce qu'elle trouve dans l'annuaire le numéro d'un certain monsieur Vomi. Pourra-t-elle s'en faire un ami ?
    Le troisième volet d'une série de fabliaux sur les animaux remarquée, après Une histoire (presque) impossible à raconter et Le lapin qui ne disait rien.

  • Pour aborder de façon ludique la question des origines, dès la maternelle.

    Tout a commencé avec Papi et Mamie, un homme et une femme à la peau noire qui, un jour, se sont rencontrés, aimés, méli-mêlés... Ils ont fait un, deux et trois beaux enfants ! En même temps, Papou et Mamita, un homme à la peau blanche et une femme à la peau café au lait, eux aussi, se sont rencontrés, aimés, et méli-mêlés... Et à leur tour ont fait un, et deux beaux enfants ! Et ce n'est pas tout... L'enfant qui raconte l'histoire de sa famille attend la naissance d'une petite soeur. Mais comment sera-t-elle ? Tout est possible quand on se méli-mêle !

    Une narration visuelle forte, grâce à un jeu habile et élégant de motifs textiles, qui se mêlent magnifiquement !

empty