Témoignages autre

  • T'inquiète pas, maman, ça va aller

    Hélène de Fougerolles

    • Librairie generale francaise
    • 9 Mars 2022

    Je marche dans la rue en levant les yeux au ciel. Il paraît que c'est ultra-efficace pour éviter de pleurer. J'inspire à fond. J'écoute battre mon coeur. Je viens d'entrer dans un tunnel immense... C'est le début du grand huit. Il va falloir que je m'accroche.
    Longtemps, je n'ai pas voulu voir, pas voulu savoir. J'étais dans le déni et la mauvaise foi. J'ai joué à merveille mon rôle d'actrice lumineuse, pétillante et légère. J'avais une double vie : celle à laquelle je voulais croire, et l'autre, celle que je vivais vraiment... Il m'aura fallu dix ans pour accepter la différence de ma fille. Dix ans de fuite, dix ans de combat. Je ne m'attendais pas à un tel voyage.
    Je voudrais aujourd'hui partager ce chemin de rires et de larmes, de colères, de doutes, de joies et d'amour. Parce que, si longue que puisse être la route, si gigantesques que soient les montagnes à franchir, nous avons tous le choix d'être heureux.

    H. F.

  • Jamais l'univers carcéral féminin n'avait été dévoilé de si près. Surveillante au Centre pénitentiaire de Rennes, le seul en France exclusivement réservé aux femmes, Marie-Annick Horel nous raconte 37 années de terrain, la confrontation avec la violence permanente mais aussi son immense fierté d'exercer un métier qu'elle juge pourtant être une « zone d'ombre de la République ».
    À 21 ans, Marie-Annick Horel est une jeune recrue qui découvre l'univers de la prison et veut se rendre utile. Son goût du contact, elle le cultivera toute sa carrière, cherchant à instaurer des relations plus humaines avec les détenues. Qu'elles soient mères infanticides, braqueuses, tueuses ou trafiquantes, elle ne les juge pas. Toujours à leur écoute, Marie-Annick Horel a voulu témoigner du désespoir et de la solitude de ces longues peines « qui ne se pardonnent jamais » mais aussi de la drogue, des trafics, de l'ultraviolence du quotidien carcéral et des quelques moments de joie. Elle dessine des portraits poignants : de rares femmes parviennent à s'en sortir, d'autres récidivent ou désespèrent...
    Avec sa parole franche et vraie, Marie-Annick Horel livre un témoignage inédit sur la réalité d'un métier dévalorisé, encore tabou, exposé à la gestion de crise continue. Elle dénonce le manque de moyens et de formation d'une profession invisible et fait des propositions pour améliorer la réinsertion des condamnées.

  • Négocier : face à la violence, avec ses émotions, pour trouver son chemin Nouv.

    Négocier : face à la violence, avec ses émotions, pour trouver son chemin

    David Corona

    • Grasset et fasquelle
    • 11 Mai 2022

    Négocier avec la mort, négocier avec la vie. Homme du GIGN pendant douze ans, prêt au combat ou à partir en hélicoptère ou à 220 km/heure sur l'autoroute, David Corona est un cas à part dans ce corps d'élite. Il a toujours cru au pouvoir du dialogue, des sensations, des hésitations, de l'émotion douloureuse, atroce, vécue.... Souvent dangereuse. Face à un homme retranché chez lui, les armes à la main. Lors d'une attaque terroriste en France ou sur des terrains extérieurs. Lors d'un assaut, dans un petit village, dans une cellule de prison, derrière la porte d'un appartement, à chaque fois il se propose, ou on le réclame : il est le négociateur du GIGN. Celui qui peut-être, par les mots, par la confiance en l'humanité, va éviter les tirs et le combat. Ou non...
    C'est un parcours à part que nous raconte ici David Corona, avec simplicité et conviction. Comment on aguerrit son corps dans l'eau glaciale, comment on apprend le combat à mains nues, au couteau, au fusil longue distance. Mais aussi comment on travaille en équipe, quelles que soient les circonstances. Comment on fabrique un corps d'élite, ensemble. Enfin, comment on développe son regard, sa concentration, son attention à l'extrême, dans un monde où tout se disperse.
    A ces formations classiques, David Corona a ajouté un travail personnel qui fonde sa nouvelle vie : féru de psychologie, il découvre d'autres approches : méditation, hypnose, travail des profondeurs. Et finit par quitter son métier d'origine, pour aider de grands sportifs, des entreprises, et leur faire travailler le contrôle, la bienveillance, l'agir ensemble.
    Ce livre est également un manuel de développement par temps incertains. Non pas une main de fer dans un gant de velours, mais une main humaine qui croit à l'être dans sa complexité et sa beauté.

  • Le silence et le bruit

    Hélène Cohen

    • Stock
    • 16 Mars 2022

    « Mon père n'était pas croyant. Pourquoi ma mère a-t-elle tenu à cet enterrement religieux ? La réponse, je ne tarde pas à la découvrir. Sur la pierre tombale, à côté du nom de mon père, elle a fait graver ces mots :

    À la mémoire de :
    Mimoun COHEN son père.
    Yvonne COHEN sa mère.
    Colette COHEN sa soeur.
    Jean-Jacques SICSIC son beau-frère.
    Disparus en juin 1962 en Algérie.
    Et de Régine COHEN sa soeur.

    Figés dans le marbre, ils hurlent comme des nouveau-nés. Et moi, j'ai l'impression de me réveiller d'un long coma.
    Colette, Yvonne, Mimoun, Jean-Jacques. Yvonne, Mimoun, Jean-Jacques, Colette.
    J'ignorais que mon père avait une soeur, une soeur qui s'appelait Colette. Jusqu'à ce jour, je n'avais jamais entendu parler de mes grands-parents, ils n'avaient pas de noms, pas de visages.
    Colette, Yvonne, Mimoun, Jean-Jacques. Yvonne, Mimoun, Jean-Jacques, Colette.
    J'ai beau répéter ces noms comme un mantra, rien ne se passe, ils ne convoquent aucune image, aucun souvenir. Seulement un incommensurable étonnement. Pourquoi ce secret, pourquoi ce silence ?
    Disparus en Algérie. Qu'est-ce que ça veut dire, disparus ? Qu'est-il arrivé à mes grands-parents, leur fille et leur gendre, là-bas, en Algérie ? ».

    C'est donc lors de l'enterrement de son père qu'Hélène Cohen découvre l'existence en même temps que la disparition d'une partie de sa famille.
    Juifs algériens, ils sont quatre à être partis et jamais revenus, quelques jours avant la déclaration d'indépendance. Ramenée à elle-même par cette découverte, l'autrice décide de plonger dans les méandres du secret familial et d'interroger les survivants pour enfin comprendre et connaître les disparus.
    Une enquête poignante au coeur d'un déni familial qui fait écho à l'un des épisodes les moins connus de la guerre d'Algérie : la disparition de plusieurs centaines d'Européens malgré la signature des accords d'Évian.

  • Peau à peau

    Héloïse Des Monstiers

    • Buchet chastel
    • 3 Mars 2022

    « Tu ne ressembles pas du tout au bébé dont j'avais rêvé. Le soir, lorsque je m'endormais en caressant mon ventre, j'imaginais un autre enfant. En bonne santé, dodu, joufflu et avec des cuisses potelées. [...] ».
    Héloïse et Pierre ont tout pour être heureux. Mais quand leur premier enfant naît grand prématuré, à 600 kilomètres de chez eux, leur quotidien bascule.
    Peau à peau raconte un long combat pour la vie, où chaque jour qui passe est un jour de gagné. Grâce à des rencontres exceptionnelles, ce couple dans la tourmente découvre que les grandes victoires sont les plus petites, celles qui se gagnent au fur et à mesure et avec beaucoup d'amour.

  • Le 1er décembre 2018, Zineb, quatre-vingts ans, est sur le point de fermer les volets de son appartement, situé au quatrième étage d'un immeuble, lorsqu'elle est touchée par une grenade lacrymogène qui explose ensuite dans son appartement. Le lendemain, elle succombe à ses blessures. Le rapport d'expertise officiel conclut à une mort accidentelle.
    Le 3 janvier 2020, Cédric, quarante-deux ans, est interpellé non loin de la Tour Eiffel et verbalisé pour infraction au Code de la route. Le ton monte et Cédric se retrouve menotté et immobilisé au sol par trois agents. Alors qu'il est face contre terre, son casque toujours sur la tête, il fait un arrêt cardiaque.
    Le 10 décembre 2020, Déborah, vingt-trois ans, a oublié de mettre son masque dans la rue et se retrouve verbalisée. Rattrapée par une policière, Déborah est plaquée au sol puis poussée contre un mur. Déborah est enceinte de quatre mois et demi. Dix jours plus tard, elle accouchera d'un enfant mort-né.

    En vingt portraits saisissants, Remedium dénonce l'impunité des forces de l'ordre, les discriminations, les abus de pouvoir, les outrages verbaux et physiques de ceux qui ont pour devoir de représenter l'État et protéger ses citoyens.
    L'auteur a décidé de donner la parole aux victimes, de représenter leur version des faits. On y retrouve des affaires médiatisées, celles de Michel, le producteur de musique tabassé dans son studio parisien, celle de Théo, éducateur à Aulnay-sous-Bois, agressé par des policiers lors d'un contrôle de police... mais aussi bien d'autres tombées dans l'oubli... Parce que les violences policières ne sont plus des cas de force majeures, des cas isolés, mais bien des actes qui font partie de notre quotidien.

  • Sada avait 18 ans, il est mort un samedi soir de 2011, devant une gare, à la suite d'une rixe entre jeunes. Son grand frère Adama Camara lutte contre l'envie de vengeance qui le ronge, mais la justice traîne, il craque et tire sur les six responsables. Incarcéré avec son autre frère, Daouda, complètement innocent, il va mener un combat depuis sa prison pour le faire libérer.
    Dans ce livre, il raconte son long parcours en maison d'arrêt, ses amitiés et tensions avec les prisonniers, les surveillants, la justice, le drame terrible qui a détruit une famille, le temps partagé avec sa fille aux parloirs et sa longue marche vers la paix.

    Ce témoignage choc est une leçon de vie, un livre sincère sur l'absurdité de la violence ordinaire qui gangrène la jeunesse. La tentation de la vengeance détruit, la parole sauve.

  • Les écrits restent alors je resterai

    Virginie Roels

    • Stock
    • 26 Janvier 2022

    « Si je survis deux ans, je serai là pour ta première rentrée des classes. En allant jusqu'à cinq, je t'aurai entendu lire tes premiers mots, vu écrire tes premières lettres, et après ? Le premier amour ? Les chagrins, le corps qui se forme et la solitude qui, parfois, sidère. L'échec qui aveugle et l'ambition à laquelle on renonce. Qui t'en parlera si je ne suis pas là ? Mon amour, ma vie, mon enfant, Eva, je décide de ne pas prendre le risque de te laisser seule. Les paroles s'envolent, les écrits restent, dit-on. Alors je vais rester. ».

    Lorsque Virginie Roels apprend qu'elle est atteinte d'un cancer, sa fille Eva n'a que trois ans. La maladie l'a saisie, l'urgence aussi. Celle de lui dire son amour, de lui raconter les secrets qu'elle aurait fini par lui confier. De prononcer les mots qu'elle lui aurait glissés à l'oreille si elle avait été auprès d'elle dans les moments de doutes, de chagrin comme de joie, à l'âge de l'adolescence, à celui d'être femme, puis mère, à son tour. Or comment parler de tout cela, en quelques mois, à cette toute petite fille dont la destinée est imbriquée dans la sienne ? Par écrit. Car les écrits restent, dit-on, alors elle restera.

    Virginie Roels rencontre la blessure et la grâce. La blessure du destin, la grâce de l'écriture. Par-delà l'émotion qui porte chaque page, une forme d'universalité émerge de ce texte. Car nous voudrions tous transmettre ces mots qui aident ou qui consolent, qui lèvent le voile sur les visages et les vies, et qu'on appelle, avec la modestie de l'inconnu, l'expérience. Un récit sur l'amour filial à placer entre toutes les mains.

  • Française, venue d'ailleurs Nouv.

    Française, venue d'ailleurs

    Madi Seydi

    • Stock
    • 18 Mai 2022

    Aulnay-Sous-Bois, début des années 1980. Dans la cour de récré, une petite fille s'avance d'un pas décidé vers le caïd de l'école. Parce qu'il fait pleurer sa camarade de classe, elle entend bien lui donner une bonne leçon. C'est Madi, la guerrière, qui se rêve princesse de Casamance, cette région verdoyante du Sénégal dont ses parents sont originaires. Madi la petite maîtresse de la cité des 3000, la répétitrice en chef des enfants du quartier. Madi, assoiffée de connaissance, qui dévore son encyclopédie au lieu de dormir la nuit, et qui n'en finit pas d'interroger son père sur les racines, la famille, l'Afrique.

    Un jour, c'est certain, toute la famille Seydi s'y établira. En les voyant arriver, les Sénégalais diront d'eux qu'ils sont des « toubabs », des blancs. Une bassine en équilibre sur la tête, Madi voudra tout faire pour ressembler à ces femmes africaines dont elle admire tant l'allure, la force et la ténacité. À Dakar, elle assiste à ses premiers meetings politiques. Revenue en France, elle plongera tout entière dans le militantisme.

    C'est l'histoire d'une Française venue d'ailleurs qui garde la nostalgie de son enfance en banlieue. C'est la peinture réaliste d'une banlieue attachante, où règnent le vivre-ensemble et la chaleur humaine. Le témoignage poignant d'une découverte marquante, celle de l'Afrique de l'Ouest ; c'est l'expérience concrète de la « Teranga », l'entraide et le partage.

    Le récit d'apprentissage d'une jeune femme engagée du côté du courage.

  • Tout est possible

    ,

    • Editions de l'aube
    • 6 Janvier 2022

    Pionnière dans l'âme, femme d'engagements, Elizabeth Tchoungui a multiplié les premières dans l'audiovisuel français avant de choisir de mettre son expérience au service de la politique de responsabilité sociale et environnementale d'un grand groupe. Dans cet ouvrage, elle partage les défis qu'elle a relevés lors de son parcours aux chemins multiples, comme les échecs qui l'ont marquée. Une volonté de fer, et le soutien de proches bienveillants, lui ont permis de repartir de zéro après les moments difficiles, et de dépasser les affres du manque de confiance en soi et du syndrome de l'imposteur auxquels elle a parfois été confrontée. Elle transmet son attachement à sa double culture, construite dans le Sud-Cameroun et la campagne tarnaise.

  • ça risque de faire mal !

    Adam Kay

    • City
    • 20 Avril 2022

    Devenir médecin à l'hôpital ? Adam en rêvait... jusqu'au jour où il a commencé à exercer ! Il a découvert des semaines de travail de 97 heures où le médecin gagne moins que le parcmètre des urgences. Un torrent de fluides corporels dans un chaos de bruits et de cris. Un monde où l'on doit renoncer à toute vie sociale...

    Dans ce témoignage à la fois cruel et plein d'humour, un jeune interne nous fait découvrir un quotidien qui se révèle à la fois cauchemardesque et terrifiant. Heureusement, il y a la dérision qui permet de garder un peu de légèreté.

    Et surtout, il y a des éclairs de bonheur, notamment quand Adam fait naître un enfant ou que ses patients lui confient leurs petites histoires. Tendres, déchirantes ou drôles, ces histoires sont un concentré d'humanité faisant oublier la difficulté du métier. L'un des plus difficiles, mais aussi l'un des plus beaux métiers du monde.

  • Mon corps ma prison

    ,

    • City
    • 30 Mars 2022

    Un soir, Hatice rentre chez elle en scooter sur une route de Savoie. Soudain, la jeune fille de 19 ans est percutée par une voiture. Le choc est tel que son corps est projeté sur la chaussée comme une vulgaire poupée de chiffon. A l'arrivée des secours, la jeune femme est dans un état critique. Elle va rester dans le coma pendant trois longs mois, et les médecins sont persuadés qu'elle ne se réveillera jamais. Pourtant, Hatice est consciente et ressent tout. Sans pouvoir bouger, ni rien dire, elle est enfermée dans son corps. Aujourd'hui, la jeune femme témoigne de ce cauchemar où, prisonnière de son propre corps, elle pensait ne jamais revivre. Elle raconte également sa renaissance et son parcours du combattant pour tout réapprendre. Une incroyable leçon de vie et de courage.
    Dans le coma, elle ressentait tout. Un incroyable témoignage. Un hymne à la vie.

  • Sauve qui peut : aventures d'un pompier volontaire Nouv.

    Tenter d'attraper un singe dans un arbre. Emmener à l'hôpital un garçon qui s'est coincé le kiki dans sa braguette. Se faire charger par un sanglier alors que l'on éteint un feu de broussailles. Sauver un homme qui a fait un malaise cardiaque alors qu'il « jouait » avec sa poupée gonflable. Intervenir sur un carambolage causé par un hérisson sur la route... Ce livre rassemble, avec humour et tendresse, des centaines d'anecdotes bien réelles vécues par Patrice. Pompier volontaire durant 22 ans, il en a vu des vertes et des pas mûres. Autant de tranches de vie, tour à tour drôles, savoureuses, sensibles et parfois dramatiques. À chaque fois, c'est le petit théâtre de la comédie humaine qui se joue devant nos yeux. On y pleure quelquefois et on rit beaucoup. Un reflet de notre société qui est aussi un vibrant hommage aux soldats du feu, prêts à risquer leurs vies pour sauver les nôtres.
    Les 1001 vies d'un pompier volontaire.

  • Undercover ; avoir vingt ans à la CIA

    Amaryllis Fox

    • Librairie generale francaise
    • 13 Janvier 2021

    Pendant dix ans, Amaryllis Fox a vécu undercover. Pour sa famille et ses amis, elle était une marchande internationale d'art ethnique. En réalité, elle traquait les terroristes du monde entier pour l'unité opérationnelle la plus sélective de la CIA, celle des agents clandestins. Sur le terrain, elle a travaillé à démanteler des attaques et approché certains combattants ennemis pour tenter de les recruter en tant qu'informateurs. Elle est notamment la première femme à avoir donné naissance à une petite fille dans l'exercice de ses fonctions.
    Undercover est son histoire, celle d'un parcours hors norme où se mêlent à parts égales courage, engagement et profonde humanité. Sincère et brillant, son témoignage exceptionnel est en cours d'adaptation pour la télévision.

  • En 2019, un certain Ruddy Terranova propose à Pierre Fourniaud de La Manufacture de livres un projet de livre-témoignage. Connu pour des faits de banditisme et fiché S, notre position première est claire : nous ne souhaitons pas publier quelqu'un qui se revendique de l'Islam radical. «Je comprends, répond Ruddy Terranova. Mais mon point de vue est le suivant. Je soutiens le droit des musulmans à partir à l'étranger défendre les leurs qui se font massacrer.C'est le jihad auquel j'adhère, pas celui de Mohamed Merah. On ne tue pas des femmes ou des enfants au nom de la religion. On ne commet pas d'attentat aveugle. Vous pouvez choisir de ne pas entendre mon témoignage. Mais, monsieur, nous sommes plusieurs milliers. Que comptez-vous faire de nous ? Tous nous tuer ?» Cette conversation fut la première de nombreux échanges qui aboutirent à ce livre. Le parcours de Ruddy Terranova est celui d'un Français qui s'est retrouvé embarqué sur la voix de l'extrémisme. Elle raconte aussi une part de notre société.

  • La Mythomane du Bataclan

    Alexandre Kauffmann

    • Goutte d'or editions
    • 6 Mai 2021

    "Hello, je suis une "impliquée". Greg, mon meilleur ami, mon pilier, est toujours hospitalisé. C'est dur, très dur... " : le 8 décembre 2015, Flo Cherry rejoint le groupe Facebook de l'association des victimes des attentats du 13 novembre 2015. Elle se présente comme une styliste ayant travaillé dans l'événementiel, passionnée de rock et de tatouages. Bénévole infatigable, Flo Cherry devient vite un membre incontournable de l'association et finit par y décrocher un CDD.
    Sauf qu'un jour, un contrat falsifié fait tiquer la présidente de l'association. Ca, et le fait que personne n'a jamais réussi à rencontrer le fameux Greg, ami de Flo blessé au Bataclan. Se pourrait-il que Flo Cherry ait tout inventé ?

  • Dis-moi pourquoi, maman

    Thomas David

    • City
    • 5 Janvier 2022

    De son enfance, David ne garde que de terribles souvenirs. Sa mère, sous l'emprise de l'alcool, est un véritable monstre. Elle le maltraite, le frappe et, alors qu'il n'a que 4 ans, elle commence à abuser de lui. Le pire commence quand le nouveau mari de sa mère reproduit le même comportement de violence et d'abus. Le petit garçon est complètement traumatisé et sa vie devient incontrôlable: expulsions de l'école, délinquance, jusqu'à une tentative de suicide dont il réchappe miraculeusement. Comprenant qu'il doit agir pour survivre, David s'enfuit de la maison. Malgré les sévices infligés par ses bourreaux, il réussit à puiser en lui le courage nécessaire pour se reconstruire. Il est la preuve que, quels que soient son passé et ses blessures, il est toujours possible de s'en sortir...

  • L'avalanche

    Thierry Mertenat

    • Labor et fides
    • 6 Avril 2022

    Sa carte de presse, dont il ne se sépare jamais, lui sert de sésame pour raconter l'actualité du fait divers. Il écrit depuis vingt ans sur les courts-circuits du réel, les embardées de la nature et les drames humains. Un fait-diversier à plein temps après avoir été chroniqueur culturel et fréquenté les salles de spectacles.

    Passion tardive ou vocation précoce? Dans un récit rédigé à la première personne, l'auteur exprime son amour du présent, tout en se souvenant qu'il a lui aussi un passé. Il choisit alors de quitter la ville pour la campagne, de s'éloigner de la plaine pour la montagne. C'est sa propre histoire qui l'attend sous la neige.

    Peut-être est-il bien l'enfant du fait divers, après avoir, très tôt, perdu son père dans une avalanche. Un accident de ski dont les journaux de l'époque ont rendu compte, dans les pages de cette rubrique qui fait peur, tout en appartenant au commun des mortels. Le moment est venu d'en sortir, avec les mots qui font confiance à la vie.

  • Lorsqu'elle a été recrutée par Madame Claude, Patricia est devenue « Florence ». C'était en 1975 et elle venait d'avoir 18 ans. Durant l'été, à Saint-Tropez, elle avait baguenaudé avec la principale recruteuse de la maquerelle chic, une certaine Catherine Virgitti. La jeune fille de bonne famille s'est laissée tenter par l'aventure. La clientèle de Madame Claude, triée sur le volet, savait se tenir. Hommes d'affaires de renom, piliers de la République ou milliardaires étrangers attirés par le sexe made in France, ils avaient de l'éducation, comme les filles qui les recevaient à domicile.
    De ses clients, Patricia parle parfois avec émotion, en particulier de l'un d'eux, tombé amoureux de cette fille un brin fleur bleu, un certain Giovanni Agnelli, dit « l'Avvocato », PDG de Fiat, qu'elle rejoignait souvent en avion, à Milan ou à Rome. Un autre grand patron, français, lui proposa un jour 50 000 francs pour qu'elle porte son enfant... Cette promenade au fil des années 1970-80, empreintes d'une liberté regrettée, se prolonge vers des zones plus sombres après la disparition de deux collègues, envoyées auprès d'un chef d'État au Yemen, et retrouvées assassinées. Patricia devait faire partie du duo et n'a dû qu'au hasard de rester à Paris. Elle a voulu connaître la vérité sur la mort de ses amies, impliquant les services secrets de plusieurs pays, mais la raison d'État en a décidé autrement.
    Après l'arrestation de Madame Claude, coincée par le fisc, Patricia vend ses charmes autour de la Place de l'Étoile et découvre les opiacés. Au passage, le patron de la brigade des Stups, charmé, la sort de garde à vue pour dîner avec elle. Elle devient une figure de la nuit parisienne, s'attable dans les meilleurs établissements auprès de Serge Gainsbourg et de Catherine Deneuve, d'Alain Delon et de Mireille Darc...
    Désormais âgée de 64 ans, Patricia assume tout, raconte tout, sans fard ni détour, avec émotion et franchise.

  • On s'est déjà vu quelque part ?

    Nuala O'Faolain

    • Sabine wespieser
    • 7 Mai 2015

    Née à Dublin en 1940, dans une famille de neuf enfants, Nuala O'Faolain se dépeint, dans ce premier livre, comme « l'Irlandaise type : une pas grand-chose, issue d'une longue lignée de pas grand-chose » : devenue chroniqueuse à l'Irish Times, après un brillant parcours universitaire et journalistique, elle raconte ici, avec spontanéité et humour, comment elle n'est pas restée une Irlandaise type. Cette évocation de ses souvenirs n'a pourtant rien d'une success story : au fil des aventures sans lendemain, des plongées dans l'alcool, elle dit avec une honnêteté scrupuleuse sa solitude, sa difficulté à se détacher du modèle maternel, et l'impossibilité de trouver l'âme sour, qu'elle cherche avec un sentimentalisme souvent à l'opposé de son féminisme exacerbé. Avec ses contradictions, ses enthousiasmes, ses souffrances et ses passions - la lecture en est une, et pas des moindres -, Nuala O'Faolain construit un livre qui va droit à l'essentiel : son humanité sans fard.

  • Reviens, Lila

    ,

    • Grasset et fasquelle
    • 3 Février 2021

    Le 27 octobre 2015, Magali Laurent attend impatiemment le retour de sa petite fille de trois ans, partie en vacances avec son père en Tunisie. Soudain, un coup de fil fait basculer son monde : Magali apprend que son ex-mari est en réalité en Turquie, et qu'il compte aller en Syrie pour rejoindre Daech. Affolée, effarée, elle comprend qu'il la manipulait depuis des mois, préparant secrètement son départ pour le djihad, jusqu'à enlever leur fille.
    La vie de Magali bascule dans un univers qui ressemblerait au Bureau des légendes s'il n'était pas d'une tragique réalité. Terrorisme, combattants étrangers en Syrie, communications cryptées et législation complexe... Elle est immergée dans le quotidien des services antiterroristes, bien que se trouvant vouée à l'attente dans l'espoir d'un signe de Lila.
    Et pourtant, l'histoire avait commencé de façon si banale... Un coup de foudre amoureux près de Tunis, sept ans de relation, le mariage, puis la naissance de Lila. Même si Magali et son mari finissent par se séparer, il se révèle un père aimant auquel elle confie souvent sa fille... Sauf que, pendant ce temps, il lui dissimule sa plongée dans l'islam radical.
    « J'ai mis au monde un enfant pour lui faire vivre l'enfer », dit aujourd'hui Magali Laurent, qui ignore où est sa fille. Mais après avoir traversé l'enfer, elle a décidé de vivre malgré tout. Aujourd'hui maman d'une deuxième petite fille, elle continue à espérer, à se battre. C'est aussi pour cela qu'elle a décidé de se livrer.
    Pour laisser une trace à Lila, dans l'espoir qu'elle soit vivante, et qu'elle puisse un jour lire cette histoire, son histoire. Et pour laisser une trace de Lila, sa fille qu'elle a parfois revue via des communications vidéo sur Skype, sa petite fille déjà voilée, en Syrie, qui implorait sa mère de venir la rejoindre... Avant que les contacts soient définitivement rompus en 2017.
    D'une dignité, d'une force et d'une honnêteté remarquables, Magali Laurent ne cache rien. De ses doutes et de ses souffrances, mais aussi de la culpabilité et des interrogations qui la rongent. Par-delà le drame effrayant qui est le sien, elle délivre un exceptionnel message d'humanité. Puisse Lila le découvrir un jour.

  • Ce témoignage relate, avec une pointe d'humour tragi-comique, mes deux ans comme professeure agrégée, stagiaire et en situation de handicap, dans l'enseignement public : une expérience lors de laquelle j'ai navigué de Charybde en Scylla et me suis confrontée à une institution lourde de dysfonctionnements. Par ailleurs, je suis porteuse d'une maladie rare qui m'oblige depuis toujours à me déplacer en fauteuil roulant. Malgré les difficultés liées à ma situation, j'avais pourtant longtemps imaginé ma carrière toute tracée au sein de l'enseignement.

    Un système prétendument « bienveillant et inclusif » fort de ses absurdités kafkaïennes a eu raison à petit feu de ma passion pour la transmission... du moins dans le cadre de cette institution. Commentaires outrageants de la hiérarchie, délires administratifs, messes pédagogistes : ce livre relate un étrange chemin révélateur du degré de déconnexion entre le terrain et les différents échelons de l'Éducation nationale.
    Au-delà même de ce que j'ai subi, ce récit révèle plusieurs motifs du mal-être des professeurs et de l'état de l'institution, dont les victimes sont avant tout nos élèves.

  • Pour son troisième ouvrage, Tony Moggio a choisi de revenir sur son parcours depuis ce jour de février 2010 où il s'est retrouvé tétraplégique suite à un accident de rugby. Étape par étape, avec ce franc-parler et cet humour qui le caractérisent, il nous retrace son cheminement vers le bonheur. De la confusion des premiers jours au retour de la combativité en passant par le choc du diagnostic, il se confie sans pudeur et raconte son évolution tant physique que psychologique.
    Plus qu'une leçon de vie, il s'agit d'une immersion au coeur des pensées d'un homme qui, à vingt-quatre ans à peine, s'est retrouvé contraint de tirer un trait sur son existence pour en reconstruire une nouvelle. Un message d'espoir et d'accompagnement pour toutes les personnes malmenées par la vie, mais pas seulement, auquel fait écho le titre du livre issu d'une citation de Martin Luther,

  • Mon mari, cet inconnu

    Madeleine Lacroix

    • Ligue pour la lecture de la bible
    • 14 Avril 2022

    "... J´ai aimé pendant plus de quarante ans un homme qui n´a jamais été. J´ai aimé une image, un fake, un reflet , un faux, une contrefaçon, acteur de série B. Mon mari était un autre que j´ignorais... " L´auteure commence ainsi le récit de sa vie d´épouse, manipulée affectivement par son mari infidèle. L´espoir qu´elle ranime sans cesse ne suffit pas à étouffer l´évidence. Comment tenir ou comment partir ? Telle est sa question ! "... Certes, pour le moment je suis à terre, morfondue. Une masse inerte sur le sol. Mais je sais que je vais pouvoir bientôt prendre mon envol. Extirper mon moi de son formol." Une histoire écrite avec talent, un cheminement décrit avec précision. Dieu n´a pas épargné à l´épouse bafouée l´impasse où elle s´est engouffrée. Pourtant, c´est par Sa grâce qu´elle compte triompher des traumatismes subis, c´est par « la résilience revisitée par Dieu ».

empty