Publibook

  • Le canapé d'Edwige

    Pierre Bourgeat

    « Elle aussi l'attendait. Cela faisait un bon moment qu'elle cherchait du regard l'auteur de ce baiser dont le souvenir l'avait obsédée tous ces jours-ci. Elle n'en avait pas dormi, sans cesse réveillée par les images de ce rendez-vous qui, il fallait le reconnaître, avait bouleversé sa vie. Elle ne pensait pas que cela pouvait lui arriver. Elle avait déjà eu des relations mais toutes vouées à l'échec. Les jeunes gens qui avaient trouvé grâce auprès d'elle s'étaient montrés comme des enfants gâtés par une vie trop facile, un peu trop enclins à faire la fête. Ça manquait de sérieux tout ça. Alors qu'elle devinait cette qualité chez André. En plus il était beau garçon et... embrassait si bien. Quand elle le vit s'approcher, elle manqua défaillir. » Au début, il y a la passion, l'évidence. Très vite, le mariage, puis les enfants qui naissent... Pour autant, aussi fulgurant et puissant semble-t-il, l'amour n'est pas à l'abri des dommages du temps. Le temps qui lézarde, qui fissure, qui éloigne, puis qui sépare les êtres. C'est ce chemin qu'empruntent malgré eux Edwige et André qui, du coup de foudre à l'indifférence, des coups de canif dans le contrat aux grands drames, connaissent une relation amoureuse qui ne cesse de s'abîmer et se déliter. Sans jugement ou parti pris, toujours avec bienveillance, Pierre Bourgeat suit ses deux personnages sur les sentiers escarpés du couple et compose pour eux une complainte douce-amère.

  • À l'extrémité nord de la plage, nous nous sommes assis entre les rochers. Nous sommes restés longtemps sans prononcer un mot, à regarder l'océan, sans oser esquisser un geste, en respirant à peine, afin de préserver cet instant. Je ne me souviens plus dans quel ordre et comment se déroula la suite, mais je n'oublierai pas quand vos yeux se peuplèrent de villes englouties. Sur la plage déserte, un cheval d'amadou, se dressa sous la lune. Ma fleur à ventre de négresse, se mit à battre au rythme des tambours.

  • Voici le roman d'une solitude. Voici le roman d'un errance. Voici le roman d'un amour manqué. Voici le roman d'une folie, celui d'une non-rencontre. Voici le roman d'un raté. Vous avez dit désespéré ? Oui. Et désespérant.

  • Mets-moi en pièce

    Joanne Richoux

    Julianne? La parfaite étudiante paumée, jeune femme intelligente et sensible qui se noie dans une époque où tous les excès sont à portée de main. La relation Julianne-Étienne? Oh, c'est simple, elle est amoureuse, désespérément, pathétiquement, alors que lui n'est qu'absence, instabilité et jeux inconséquents. Alors en attendant, Julianne trinque, dans tous les sens du terme. Tutoie les abîmes de la désolation. S'oublie dans quelque relation superficielle ou quelques notes de musique. Et puis soudain, quand Étienne se déclare, c'est l'éclaircie, la vie qui reprend sens. Julianne vivante. Enfin, avant de trinquer à nouveau quand son amant ami retrouve son comportement versatile. Je suis le journal de Julianne et voici ses confessions.
    Amour à doubles tranchants, alcool et autodestruction pour une oeuvre qui sonde une âme féminine à la dérive face à un homme insaisissable. Un roman aux éclats tantôt lumineux, tantôt ténébreux, vertiges et descentes des montagnes russes et dont Joanne R. fait le lieu d'un étrange jeu de manipulation. En somme, un anti roman à l'eau de rose incisif et déroutant pour lecteurs revenus des douceurs romantiques.

  • De vous à toi

    C Rynie

    Dans la France de l'après-guerre. Adolescente, Sophie grandit entre son père et sa belle-mère. ou plutôt devrait-on dire qu'elle suit, sans broncher, les desiderata des adultes qui la ballottent d'écoles en pensionnats, d'appartements en demeures où elle finit par vivre comme emmurée. Naturellement, l'envie de l'indépendance finit par naître en elle, de même que celui de retrouver une mère d'origine allemande et inconnue. Une mère avec qui, par voies détournées et secrètes, elle finira par rentrer en contact et auprès de qui elle ira vivre en région parisienne. Là où elle rencontrera Jean-Marc, jeune pianiste virtuose. Mais est-ce pour autant que le conte de fées peut commencer ?

  • Dans le sud du Chili. C'est en fouillant dans le grenier de l'hacienda familiale dont elle vient d'hériter qu'Isabel découvre un manuscrit aux allures de journal intime : « Nous sommes dans les années cinquante, dans un petit village perdu dans les prairies et les immenses propriétés de fermiers, dans un temps où on ne parlait pas encore de vitesse, de technologie, où chacun se connaît »... Se dévoile alors au fil des pages l'histoire d'Athénaïs, institutrice vieille fille du haut de ses vingt-neuf ans, et de sa rencontre avec l'énigmatique lord Wellington, le châtelain étranger récemment installé... Le rachat du château du village par un riche noble anglais est une chose, qu'une institutrice abandonne sa vertu dans ses bras en est une autre : c'est beaucoup pour une communauté qui vit repliée sur elle-même... Mais au-delà de la chronique d'un microcosme nourri de rumeurs, d'une société enfermée dans ses classes, de l'évocation d'une époque révolue, c'est l'initiation amoureuse et la peinture d'une passion dévorante que l'auteur nous invite à partager. Une romance faite de hauts et de bas, d'impossible et de miracle, d'ombre et de lumière, qui saura faire battre le coeur d'un large public.

  • Sébastien est originaire de Saint-Pierre-et-Miquelon, où il revient pratiquer la pêche avec son père. En bon marin trentenaire, il est très attaché à son indépendance et est quelque peu solitaire. Émeline est une jeune Indienne vivant dans une réserve, mais a reçu une éducation chrétienne. Elle est grande et blonde aux yeux bleus, et de ce fait se sent différente de ses semblables. Tous deux seront amenés à quitter leur famille suite à un événement traumatisant. En quête de renouveau et d'aventure, ils entameront chacun un voyage initiatique à travers la partie nord-est de l'Amérique qui finira par les réunir.
    Une histoire touchante que celle de ces deux jeunes gens dont les destins se croisent. L'auteur nous fait voyager en leur compagnie à la découverte d'une nature sauvage et magnifique, Un voyage initiatique qui nous bouleverse et nous laisse émerveillé et reconnaissant. Un vrai plaisir, simple, naturel, authentique.

  • Dans les yeux du chat

    Angie

    « Sur le tapis, quelques objets : un cendrier, un crayon, un cahier et d'autres babioles, elle se voit les ramasser machinalement... Ces détails lui reviennent par bribes à force de concentration. Encore quelque chose de mystérieux l'interpelle, à chaque fois que le chat passe devant les étagères, il lève la tête, miaule et hérisse le poil... Isabelle ouvre les yeux mais minou n'a pas bougé de sur ses genoux, il dort tranquille en ronronnant... Rêve-t-elle tout éveillée, ou serait-ce l'effet de son imagination ? » Pâtissier de génie, Joël avait quarante-sept ans. Des collègues malfaisants, une famille manipulatrice qui ira jusqu'à l'interner de force pour lui soutirer de l'argent... et puis, un jour, son coeur lâche... Isabelle, sa compagne, s'effondre ! Comment ? Pourquoi ? Alors qu'elle se remémore leurs quinze ans de vie commune, leur chat Caramel va l'aider à se souvenir d'un détail qui l'avait frappée le soir du drame. Joël cachait-il quelque chose ? S'appuyant sur des personnages forts et une intrigue habile, Angie livre une très belle histoire d'amour et de deuil.

  • Début du XXIe siècle, Donatien, jeune homme idéaliste et atypique en quête de bonheur, va passer quarante jours en Anjou pour des raisons professionnelles. Là, la Destinée mettra sur sa route deux jeunes femmes au charme physique quasi identique, mais aux antipodes l'une de l'autre: Ève, totalement libérée, séductrice, adepte d'un hédonisme raffiné, puis Marie, d'une égale beauté, mais vertueuse et toute en retenue... Il lui faudra donc faire un choix décisif entre ces deux êtres en fonction de sa propre conception de l'existence...

  • Elle n'aimait pas le silence. Il avait un côté inquiétant et oppressant. Allongée sur son lit, elle aimait s'y lover les jours de vacances et week-ends pour les grasses matinées. De plus, les baldaquins rendaient les choses beaucoup plus féeriques. Telle une princesse déchue, elle aimait particulièrement s'y blottir afin de s'isoler, se faire la plus petite possible pour que le reste du monde puisse l'oublier. Pourtant devenir invisible lui était impossible. Mais aujourd'hui,c'était décidé, elle répondait à Raphaël ! Raphaël...

  • Fitini, l'enfant femme

    G. Opely Gadji

    Cinquième épouse du vieux Sangaré, mariée alors qu'elle était encore adolescente, Fatimah rêvait d'études, d'épanouissement, plutôt que de ce quotidien auprès d'un homme violent. Mais, quand on est une femme dans certaines sociétés, l'on ne choisit pas toujours sa voie. Cependant, le destin semble vouloir offrir une porte de sortie à la jeune femme à travers Bamba. Bamba, qui vit en France, qui tombe amoureux d'elle et veut l'arracher à son existence. Bamba qui accepte qu'elle reprenne ses études et s'accomplisse. Et Fatimah d'éprouver aussi les mêmes sentiments, de voir là une lueur d'espoir pour elle et son fils. Reste toutefois à échapper à Sangaré et, pour cela, Fatimah compte sur l'appui des siens. G. Opely Gadji laisse entendre avec son roman un plaidoyer éloquent pour la femme africaine et sa liberté. Incarnation de cette volonté de vivre selon ses aspirations, Fatimah s'impose de page en page comme une femme qui cherche à préserver sa dignité et ses valeurs intimes, qui cultive sa sincérité, et qui refusera toujours les chemins de traverse ou les voies par trop faciles. Une femme résolument moderne, qui habite une oeuvre saisissante et passionnée.

  • Internet mon amour

    Lorenzo Patti

    Dix-sept ans après avoir quitté la femme qu'il aimait, Bruno, journaliste free-lance en quête d'absolu, lance une bouteille à la mer. Un bref message laconique dans lequel il exprime à cette dernière son désir de savoir ce qu'elle est devenue et si le bonheur était au rendez-vous. Après avoir longuement hésité, Michèle, qui vit seule avec son fils d'une quinzaine d'années, lui répond en lui dévoilant une partie de sa vie d'après leur rupture. Les deux anciens amants ignorent qu'il s'agit du début d'une longue correspondance qui, grâce à l'instantanéité d'Internet, va leur permettre de se redécouvrir et de renouer, avec l'expérience, le fil d'un amour interrompu.

  • Jeune et désespérant de trouver un travail, des amis aux amours névrotiques et une famille pour le moins épuisante, un art consommé de s'enticher du mauvais garçon : ceci pourrait être le portrait de la narratrice par elle-même. Une femme un rien désenchantée, qui noie ses chagrins dans quelques verres quand elle ne passe pas ses soirées devant les séries télé, à l'écoute de ses amis alors qu'elle-même est incapable de trouver chaussure à son pied... Bienvenue donc dans l'existence turbulente de l'héroïne de "Football, amour, kebab", qui, cerise sur le gâteau, doit encore supporter un nouveau voisin avec qui les relations seront loin d'être évidentes. Une bande d'amis aux vies compliquées, des coups de tonnerre dans la famille, des amants qui vont s'avérer rapidement aussi décevants que les précédents...

  • Ida, Ida

    Francis Aracil

    Alors que l'été s'achève sur une plage du Portugal, un groupe d'amis en vacances vient de raccompagner Ida, à la gare. Elle a rompu avec José et a décidé de rentrer seule à Paris. José va vivre cette rupture, cette séparation, de façon bien étrange : pour lui, Ida est toujours là, présence obsessionnelle, même sous les traits de ses nouvelles conquêtes. Ida, la femme aimée, est partie. Ida, son souvenir, est partout. Après le départ de la femme de sa vie, José devient artiste peintre sous un pseudonyme et s'enfonce dans un monde de souvenirs et de fantasmes... Saura-t-il renaître et se retrouver ? L'auteur donne vie à un univers mélancolique aux allures de rêve éveillé. Suivant son personnage aux portes de la dépression, il dépeint avec justesse le manque et l'obsession, et signe avant tout une déchirante histoire d'amour perdue à travers le temps.

  • « Le temps passa, emportant ses illusions. Elle restait seule, elle eut trois ou quatre petites aventures d'un soir, rien de bien sérieux. Des relations d'amis qu'elle mit à la porte le lendemain avec politesse mais fermement, refusant de les revoir intimement. C'était en fait un réflexe de « santé ». Puis, près de vingt ans après leur rupture elle revit Jean, crut que tout pouvait recommencer jusqu'à ce choix de survie, ce voyage qui lui apporta un monde de découvertes. À la réflexion, elle remonta dans ses souvenirs ; tout avait commencé un beau jour quand elle avait dix ans, dans le jardin de sa grand-mère à Corscia ; c'était la fin des vacances, l'automne approchait. »À travers le parcours houleux et brûlant de son héroïne, Jeanine Lecomte Raffalli illustre sans tabou les méandres de l'amour et du désir féminin. Portrait sans fausse pudeur, puzzle initiatique aux virages inattendus, « Le Chemin perdu » nous emmène au fil de ses conquêtes dans un récit mêlant adroitement sensualité et gravité, jusqu'à un final aussi surprenant qu'émouvant.

  • « Me prendraient-ils pour une sorcière, une folle, une dérangée ? Pourtant, lorsque j'entends ces bruits, lorsque je reçois ces flashs, je suis bien éveillée. Je ne rêve pas, je n'ai pas de fantasmes freudiens, je ne pense même pas, à ces moments-là, à recevoir ces informations, d'autant plus que la plupart du temps je suis occupée à autre chose. Cela ne me passera donc jamais ? C'est vrai que le passé me colle à la peau, on dirait que les gènes des générations même lointaines se bousculent dans les pores de ma peau et pénètrent en moi. Qui étaient-ils, ces ascendants lointains ? Je suis certaine que d'autres personnes subissent ces surprenantes et usantes situations. Je suis normale d'un côté et imparfaite de l'autre ».
    Si Marie-Jeanne et Pascal ne peuvent avoir d'enfant, le destin en décide pourtant autrement lorsqu'un jour un bébé est déposé devant leur porte. Un mot la désigne, elle et personne d'autre, pour garder et élever cet enfant. Qui donc peut ainsi la connaître et lui donner cet ordre ? Cette petite fille grandira auprès d'eux après maintes démarches pour en obtenir la garde légale et l'adoption. Marie-Jeanne, sujette à des flashs et des intuitions qui la perturbent, fera un jour une étrange découverte qui révèlera un mystère ainsi qu'un drame qu'elle et son époux Pascal étaient loin d'imaginer... Entre la Bretagne mystérieuse et le Limousin accueillant, l'auteur nous plonge avec délice en eaux troubles, au coe?ur de situations les plus étranges et les plus inattendues.

  • « Amélie se sent constamment observée par le regard soutenu du bel homme qui n'a de cesse de les regarder. À l'instant où leurs regards se croisent, il en profite pour lui faire un clin d'oeil et lui faire santé avec son verre. Amélie finit par comprendre que ce regard lui est destiné. En réponse, elle lui adresse un gracieux sourire, acceptant ainsi son jeu de séduction... » Au cours d'une soirée entre amies, Amélie, mère divorcée, rencontre un homme qui va bouleverser sa vie. Samir, un chef de chantier albanais. Les deux s'entendent à merveille sur la piste de danse et décident de se revoir ultérieurement. Le couple d'un soir semble alors avoir une alchimie parfaite. Après une nuit torride, la flamme est plus qu'attisée entre les deux amoureux. Malheureusement, sous ses airs de prince charmant, Samir cache bien son jeu... Mêlant sexe et romance, Diana Vauthey nous entraîne dans une love story trépidante et forte en émotions, partagée entre raison et sentiments.

  • « La route de Saint-Julien. C'était ainsi qu'elle appelait les quelques kilomètres qui menaient à la France depuis Genève. Passée la frontière, on arrive à Saint-Julien. Les gens ne s'arrêtent pas à Saint-Julien. Les uns en provenance de Suisse, l'esprit déjà tendu vers leur objectif plus lointain, n'y prêtent que peu d'attention. Pour les autres, qu'ils soient contrebandiers, proscrits en fuite ou tout simplement touristes, la petite ville grise écrasée par la masse du Salève n'était qu'une étape douanière et administrative... » Suisse, début des années 1960. Céline, métisse indo-caribéenne née au Canada, aspire à vivre et à aimer intensément, en femme libre et indépendante. William, Noir américain qui découvre l'Europe, est un brillant chercheur en médecine. Juliette, jeune savoyarde élevée au pied des cimes, rêve de bonheur. Tous seront amenés un jour à emprunter la route de Saint Julien... Mêlant chassé-croisé amoureux et saga familiale, ce roman sentimental met les personnages de Franck Lacombe à rude épreuve, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

  • « Si je t'avais épousé, j'aurais épousé ta tristesse, elle m'aurait habitée et abîmée. Ton avenir se résumait à moi ; le mien se voulait bien plus exponentiel, je ne t'aurais pas permis d'être heureux. Tu ne l'as pas compris, je pense que tu m'en as voulu, pourtant, je le sais, je n'étais pas faite pour toi. Quand est-ce que l'on comprend que l'on ne s'aime plus ? La vie ne me l'a pas appris, à toi non plus, je crois. » Tout d'abord, il y a l'insouciance de l'amour. Toute sa puissance qui, malgré les anicroches, fait de lui un sentiment invincible. C'est sans compter sur l'usure du quotidien, les rêves qui divergent, les éducations aux antipodes, autant de facteurs qui lézardent le couple. Et après l'éclatement de celui-ci, se retrouver est-il possible ? Tout peut-il s'oublier quand, en plus, l'un semble avoir aimé plus que l'autre ? Douce et terrible autopsie d'un couple qui se fait et se défait sur plusieurs décennies, Le Jour de la Saint-Antoine déroule, de l'innocence à l'amertume, les histoires parallèles et croisées d'un homme et d'une femme à la fois trop proches et trop dissemblables.

  • Yi et Yu

    Pascal Debregeas

    « Au comble de la rage et du désespoir, il fut tenté de se jeter par la fenêtre avec son ordinateur. Il avait tellement rêvé de cette femme pendant des nuits entières. Il croyait enfin tenir celle qui détenait les qualités de féminité si rares qu'il cherchait depuis si longtemps. C'était affligeant, c'était consternant. Pourquoi cette malédiction, pourquoi toujours la trahison ? » Yi est une fille somme toute banale et qui a pourtant ouvert une brèche dans le coeur de Yu. Incapable de l'oublier, le jeune homme entame une correspondance avec cette femme singulière. Que veut-elle vraiment ? Le sens de ses mots lui échappe tandis qu'un murmure démoniaque menace l'équilibre de Yu. Folie ou réalité ? Le diable, impitoyable, se loge souvent dans les détails. De l'idylle au désenchantement, Pascal Debrégeas ajoute une corde à son arc en jouant cette fois la carte d'un fantastique à la Todorov. Un roman sentimental d'une autre trempe, aussi génial que troublant.

  • Exotic blues

    Emmanuel Harel

    « Le week-end, il sort en discothèque. Tabou ou Club Écossais. Il s'y rend avec un copain. Un champion de la drague. Étienne n'est pas un as sur ce plan. Il ne sait pas s'inventer un vocabulaire de conquête. Il n'a pas la panoplie du séducteur. Il danse des slows. Il choisit longuement une fille et l'invite. Mais il ne concrétise que rarement. Il rêve d'exotisme. De pays lointains. Et il pense que sur terre, il doit bien y avoir la perle rare qu'il imagine. Une jeune fille qui partagerait ses attentes. » À la recherche du grand amour, Étienne fait de sa vie une excursion érotique. Épris d'une Arabe catholique, puis d'une Malienne musulmane et enfin d'une juive d'origine marocaine, il n'hésite pas à s'immerger dans des familles aux valeurs très éloignées des siennes pour trouver la perle rare. Dans un enchaînement poétique et rocambolesque, Emmanuel Harel nous fait ainsi voyager vers un ailleurs enivrant et exotique.

  • « Il avait envie de prendre un café, et voir tout ce monde en terrasse l'inspirait et le poussait à faire de même. Il prit une place en terrasse, pour mieux observer les gens qui passent. Il aimait observer les gens et deviner ce qu'ils pouvaient faire dans la vie ! Soudain, à la table près de lui, une jeune femme vint s'asseoir. Elle portait un sac rempli de livres. Son attention fut attirée par le titre de l'un d'eux : Je suis tombé amoureux de ma mère. Confortablement installé dans son fauteuil, il observait du coin de l'oeil sa voisine. Il cherchait comment il allait réussir à engager la conversation. » Marie-Rose envisage d'ouvrir son magasin de prêt-à-porter féminin. Lors d'un stage à Paris, son regard croise celui d'Édouard. Travaillant dans le monde de l'art et attendri par les yeux bleus de la demoiselle, il l'invite à un vernissage qu'il organise dans le 5e arrondissement. Devant le charme et la ressemblance physique troublante avec sa maman, emportée à trente-sept ans par une septicémie, il se prend d'affection pour la jeune femme. L'écriture veloutée d'une rencontre placée sous le signe d'une double attirance, comme dans un océan d'imaginaire.

  • Charlotte

    Liliane Eyrolle

    « Il se rend bien compte qu'il y a quelque chose de changé, elle n'est plus du tout la même. Il est malheureux, inquiet, des doutes ont envahi son esprit et il ne pense plus qu'à ça. Aurait-elle pris un amant ? Cette incertitude le rend malade ; serait-ce possible qu'elle le trompe ? Elle a quelquefois un comportement étrange, mystérieux, et s'il lui pose une question, elle éclate de rire, l'embrasse, après quoi tranquillement elle prend sa voiture pour aller Dieu sait où ! » Les doutes qui assaillent Armand Delpierre sont bel et bien fondés. Sa femme, Véronique, pour qui rien n'est trop beau, le trompe avec un autre. Déçu et blessé, le poids de cette trahison semble insurmontable. Sa rencontre avec Charlotte pourrait tout changer, mais comment repartir du bon pied lorsque l'on commence une histoire par des mensonges et de viles motivations ? Liliane Eyrolle donne vie avec maestria aux sentiments les plus forts de la passion amoureuse.

  • Un été pour Ninon

    Marie Lehmann

    « Le lendemain, à l'heure de la pause déjeuner, Olaf était déjà en train de casser la croûte lorsque je braquai un coup d'oeil sur lui pendant que je me décidais pour la composition de mon repas devant les hors-d'oeuvre. Il n'était pas bien placé du tout, à côté de la procession des étudiants qui venaient du libre-service. Bien entendu, n'importe qui aurait choisi de ne pas s'installer à cette table bruyante et passagère. La preuve que ce n'était pas le bon choix : ils n'étaient que deux à cette table de six, un solitaire et lui. J'optai pour la place à sa gauche. Je rougis de mon audace d'aller me loger à côté de lui ; pourquoi pas à côté du solitaire ? Pourquoi l'avais-je élu, lui ? J'avais le sentiment que tout le monde avait vent de ma manoeuvre à ce moment-là. » Voir sans être vue, puis soudain être dans l'objet des regards... Avancer vers l'autre, et le laisser venir à soi... S'abandonner et se dérober... Aimer et partir... Ces mouvements de balancier, cette chorégraphie des yeux et des corps sont à l'oeuvre tout au long de ce roman signé Marie Lehmann, qui évoque l'entrée d'une jeune étudiante, Ninon, dans le monde du désir - et plus précisément dans la sphère du désir masculin. Mû par une écriture réaliste et parfois acérée, mais aussi délicate et encline à l'humour, ce récit nous place dans le sillage d'une héroïne qui, de page en page, gagne en liberté et en courage.

empty