Classiques Garnier

  • C'est par ce troisième livre, rédigé plus tardivement, que Michel de Montaigne affirme le mieux le projet de son oeuvre : se livrer tout entier à l'étude, dans la spontanéité de ses humeurs et les limites de son expérience. Une réalité mouvante au plus près de l'homme en train de se faire, et qu'il dévoile au lecteur avec une honnêteté sans fard.
    Sommet d'érudition et de réflexions personnelles, ce dernier volume vient clore l'entreprise d'une vie. L'édition critique, présentée et commentée par Maurice Rat, nous rappelle l'histoire et la modernité d'un chef-d'oeuvre, considéré aujourd'hui encore comme un des fondements de notre culture occidentale.

  • Paul et Virginie est depuis sa parution en 1788 une des oeuvres les plus lues, éditées et diffusées de la littérature française. La présente édition s'efforce de donner les éléments nécessaires pour comprendre l'oeuvre dans son contexte premier et dans le projet général de l'auteur.

  • Il y a près de deux cent quarante ans paraissait, sous le titre La Raison par alphabet, la dernière des éditions séparées du Dictionnaire philosophique qui se sont succédé depuis le lancement du "portatif" en 1764. On trouvera dans la présente édition le texte des 118 articles tel qu'il figure dans l'édition de 1769, accompagné d'un choix de variantes. Il s'agit surtout de la première édition dont l'annotation exploite les recherches menées à bien, sous la direction de Christiane Mervaud, par la dizaine de chercheurs qui ont effectué l'édition critique de ce texte publiée en 1994 dans les tomes 35 et 36 des oeuvres complètes de Voltaire (Oxford, Voltaire Foundation).

  • Selon Lanson, les Lettres philosophiques sont « la première bombe lancée contre l'Ancien Régime ». L'esprit libéral de Voltaire y examine la société française à l'aune du modèle anglais. L'ouvrage connaît deux éditions, la première publiée à Londres en 1733 et l'édition française, augmentée d'une dernière lettre, « Sur les Pensées de M. Pascal », imprimée l'année suivante. Les Lettres anglaises sont devenues philosophiques, elles sont immédiatement condamnées. Le lecteur trouvera le texte de 1734, accompagné d'un choix de variantes et d'un apparat critique mettant en perspective la pensée de Voltaire dans le contexte intellectuel des Lumières. La présente édition fait le pari de montrer la cohérence de l'ouvrage à la suite de l'adjonction de l'anti-Pascal.

  • Le second tome du Mémorial de Sainte-Hélène couvre la période allant de juillet 1816 à novembre 1816, moment où le comte de Las Cases est expulsé de l'île par les autorités anglaises. La figure de Napoléon en personnage historique héritier de la Révolution continue de s'y construire au fil des conversations.

  • La Religion dans les limites de la simple raison (1793) appartient au programme philosophique que Kant trace dès la Critique de la raison pure (1781). La nouvelle traduction ici proposée fait paraître sa pleine inscription dans ce programme, sans rien atténuer de son évidente actualité.

  • Cet essai étudie deux formes extrêmes de la bêtise : celle de l'idiot et celle de l'esprit de sérieux. L'idiot est celui qui manque de sérieux. L'esprit de sérieux est pesant. La bêtise est ici étudiée en tant que phénomène : elle est décrite dans ses manières de se dévoiler. Loin de vouloir ériger une théorie de la bêtise, cet essai analyse les variantes de ce phénomène, en l'intégrant à des problématiques concrètes inspirées par des penseurs et des écrivains qui se sont risqués à son examen (Jean-Paul Sartre, Gustave Flaubert, Marcel Proust, Gilles Deleuze, etc.).

  • Première histoire moderne de la dette publique en France, de François I er à François Hollande, ce livre montre que nos gouvernements ont très longtemps maltraité leurs créanciers. Jusqu'au xx e  siècle, la principale cause de la dette publique était la guerre. Au xix e , s'ajoutent les tra- vaux publics et, au xx e , les dépenses sociales. Le sujet demeure d'actualité. Si, en France, la dernière de ces banqueroutes violentes date de 1797, les gouvernants en avaient déjà inventé une autre forme, sournoise, engendrée par l'infl ation. Les deux guerres mondiales retiendront ce modèle. Aujourd'hui les rentiers de l'État français sont protégés, tant par des indexations que par l'existence de l'euro qu'émet la banque centrale européenne... jusqu'à la prochaine guerre ?

  • Les Helléniques de Xénophon donnent une suite à l'histoire de la Guerre du Péloponnèse, que Thucydide n'avait pu mener à son terme. La première partie couvre donc la période qui va de l'automne 411 jusqu'à la chute d'Athènes en 404. Puis l'auteur entreprend de raconter les événements marquants de l'histoire de la Grèce jusqu'à la bataille de Mantinée (362) qui consacra à la fois l'abaissement définitif de Sparte et la ruine des ambitions thé- baines. Il s'agit d'une présentation unique de cette dernière période où les cités grecques furent encore maîtresses de leur destin, sous l'arbitrage de la Perse. Cette histoire animée par une violence généralisée, la recherche vaine d'une paix commune et les tensions entre désir d'autonomie et tendance au fédéralisme, fait écho à notre propre histoire.

  • L'histoire littéraire et artistique laisse peu de place aux femmes. Nombre de leurs oeuvres ont été dépréciées ou simplement oubliées. En réalité, les femmes ont souvent oeuvré dans l'ombre, au service d'un « grand homme ». Ces formes de créativité mal définies méritent un éclairage particulier.

  • La pensée économique médiévale est étudiée comme phénomène complexe, dans lequel l'effort de l'homme pour comprendre les faits économiques se mesure à sa capacité de lire les relations qui les légitiment. Les sources examinées vont des Pères de l'Église jusqu'à l'humanisme civil.

  • Quand Marcel Proust et Reynaldo Hahn se rencontrent, en 1894-1895, le premier est en train de composer Les Plaisirs et les Jours, le second d'orchestrer L'Île du rêve. Les deux artistes ne cesseront dès lors de cheminer en connivence dans leurs parcours.

  • Depuis la révolution de 2011, un désir de connaissance s'est emparé de la société syrienne. Composé de témoignages et d'études traduits de l'arabe, cet ouvrage forme une chronique de l'intérieur de la révolution et de la guerre en Syrie rédigée par des auteurs syriens, intellectuels engagés, ou simples témoins.

  • Inégale, l'oeuvre de Michael Cimino a comme objet principal l'histoire des Etats-Unis. L'étude proposée s'attache aux trois films majeurs qui, pris ensemble, constituent une mise en forme des différents âges de l'Amérique, où domine l'idée de perte.

  • Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d'essayistes, d'universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s'en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d'informations et d'analyses, comme aux fans incollables.

  • Lorsqu'il établit son édition savante des OEuvres philosophiques de Descartes entre 1963 et 1973, Ferdinand Alquié entend élargir la compréhension d'une oeuvre majeure de la philosophie française. Le soin apporté à l'appareil critique, aux notes explicatives, ainsi qu'à la traduction française systématique des textes écrits en latin, apporte sur la philosophie cartésienne un regard neuf et demeure aujourd'hui encore une référence incontournable pour tout lecteur de Descartes. Ce second volume comprend Les Méditations en latin et leur traduction française, les Objections et les réponses, la seconde édition des Méditations, les Septièmes Objections et réponses, la Recherche de la vérité par la lumière naturelle, ainsi que les lettres écrites entre 1640 et 1642.

    Ferdinand Alquié fut professeur à la Sorbonne et membre de l'Institut. Illustre cartésien, il contribua tout au long de sa vie à la connaissance de la pensée de Descartes par le biais d'essais, dont La Découverte métaphysique de l'homme chez Descartes (Paris, 1950), et d'une édition critique des OEuvres philosophiques (Paris, 1973). Son oeuvre monumentale fait désormais référence dans le champ philosophique français.
    Denis Moreau est professeur à l'université de Nantes et membre de l'Institut. Spécialiste de la philosophie du xviie siècle et de la philosophie de la religion, il a voué plusieurs études à l'oeuvre de Descartes. Il a également dirigé le Dictionnaire des monothéismes (Paris, 2013), ainsi que de nombreuses éditions critiques de Descartes, de Malebranche et de saint Thomas d'Aquin.

  • Lorsqu'il établit son édition savante des OEuvres philosophiques de Descartes entre 1963 et 1973, Ferdinand Alquié entend élargir la compréhension d'une oeuvre majeure de la philosophie française. Le soin apporté à l'appareil critique, aux notes explicatives, ainsi qu'à la traduction française systématique des textes écrits en latin, apporte sur la philosophie cartésienne un regard neuf et demeure aujourd'hui encore une référence incontournable pour tout lecteur de Descartes. Ce volume, préfacé par Denis Moreau, rassemble les premiers écrits du philosophe, dont les Règles pour la direction de l'esprit, Le Monde et le Traité de l'homme, Le Discours de la méthode, le Traité de la mécanique, et des lettres écrites entre 1629 et 1637.

    Ferdinand Alquié fut professeur à la Sorbonne et membre de l'Institut. Illustre cartésien, il contribua tout au long de sa vie à la connaissance de la pensée de Descartes par le biais d'essais, dont La Découverte métaphysique de l'homme chez Descartes (Paris, 1950), et d'une édition critique des OEuvres philosophiques (Paris, 1973). Son oeuvre monumentale fait désormais référence dans le champ philosophique français.
    Denis Moreau est professeur à l'université de Nantes et membre de l'Institut. Spécialiste de la philosophie du xviie siècle et de la philosophie de la religion, il a voué plusieurs études à l'oeuvre de Descartes. Il a également dirigé le Dictionnaire des monothéismes (Paris, 2013), ainsi que de nombreuses éditions critiques de Descartes, de Malebranche et de saint Thomas d'Aquin.

  • Il y a cent cinquante ans, entre 1863 et 1866, Stéphane Mallarmé enseigna l'anglais à Tournon-sur-Rhône. Cet ouvrage réunit les huit conférences prononcées à Tournon-sur-Rhône à l'occasion de ce 150e anniversaire. Il propose un aperçu de quelques questions qui occupent aujourd'hui les spécialistes de cet auteur.

  • Cet ouvrage étudie la vie d'Etienne de La Boétie et son rôle au parlement de Bordeaux dans les années 1556-1563, celles de son amitié avec Montaigne. Déjà , il a écrit Discours de la servitude volontaire dont le contenu, la diffusion et les éditions successives, jusqu'à  nos jours, constituent l'enquête de ce livre.

  • En 1187, après l'avoir possédée pendant près d'un siècle, les Latins perdaient Jérusalem. C'est le choc intense produit par cet événement dans tout l'Occident qu'aborde cet ouvrage, qui en analyse les répercussions et la manière dont il a modifié le rapport des chrétiens à l'égard de Jérusalem.

  • L'ouvrage se penche sur des oeuvres littéraires en yiddish produites en France et en Amérique latine, avant, durant et après la Shoah et nous fait entendre des échos de cette langue juive chez des écrivains d'expression française et espagnole.

  • Cette édition bilingue du Prince, précédée des textes brefs et variés que Machiavel a rédigés lorsqu'il était impliqué dans la vie politique, permet de remettre l'un des traités les plus importants et les plus commentés de l'histoire dans son contexte historique et politique.

  • Toute humanité est particularisée par le monde (la culture) auquel elle appartient. L'appartenance à un monde particulier - à une humanité particulière - exclurait-elle alors les signes sensibles d'une appartenance au monde de tous les hommes et à une humanité universelle?

  • L'analyse scientifique des passions et des comportements humains conduit Hobbes à imaginer une puissance tutélaire sans précédent, le Léviathan, à savoir un dispositif artificiel en capacité de délivrer l'homme de ses souffrances, véritable symbole de la modernité.

empty